Accueil » Extrême » Plane Swap : un épilogue épineux !

Actus

Extrême

Plane Swap : un épilogue épineux !

Luke Aikins et Andy Farrington sont interdits de vol par la FAA

À San Luis Obispo, en Californie, les vols d’essais et d’entraînement pour la cascade s’étaient bien passés, augurant un succès pour l’opération médiatique. Photo Michael Clark / Red Bull Content Pool

Le déroulement de la cascade intitulée “Plane Swap” est connu du plus grand nombre : Luke Aikins a réussi a changé d’avion en plein vol, mais son coéquipier Andy Farrington a eu moins de chance, son avion cible étant entré rapidement dans une configuration instable. Il ne lui restait plus que l’option d’ouvrir son parachute et de se poser avec. Ce qu’il a fait en toute sécurité, tandis que son avion cible se crashait en plein désert. Nous avons publié plusieurs articles sur ce sujet (voir liens en bas de page).
La FAA – l’administration fédérale de l’aviation américaine – avait rapidement ouvert une enquête, dont le dénouement vient de tomber : Luke Aikins et Andy Farrington sont interdits de vol.

Par Bruno Passe

Sur un plan parachutiste, la cascade était plutôt réussie, et nous avons titré notre article “Demi-échec ou demi-succès ?”. En référence à l’adage du “verre à moitié vide ou à moitié plein”. Sur un plan aéronautique, c’est une autre histoire.

Malgré la mise en œuvre automatique d’un parachute frein (dont on se demande toujours pourquoi il était aussi petit…, trop petit pour éviter le crash) l’avion bleu a impacté en plein désert. C’est bien sûr l’image de cet avion disloqué (le verre à moitié vide) qui a attiré l’attention, plus que la performance parachutiste réussie. Cette image apporte de l’eau au moulin des détracteurs de ce genre de cascades, jugées inutiles et anormalement couteuses, mais tel n’est pas le sujet ici.

Dans la plupart des cas, ce genre de cascade est opéré en légalité, en utilisant une ou plusieurs dérogation(s) et en toute transparence. Ce n’est pas tout à fait le cas en ce qui concerne Plane Swap et nous allons expliquer pourquoi.

Aux États-Unis, la FAA – l’administration fédérale de l’aviation – est l’autorité en charge de la réglementation aéronautique. Pour réaliser la cascade, les deux pilotes-parachutistes ont enfreint plusieurs points de cette réglementation. Outre ceux qui concernent la modification des avions par la mise en place du système d’aérofrein, modification qui passe par l’obtention d’un STC (“supplement type certificate”), l’infraction avérée porte sur la partie qui concerne la sécurité de l’exploitation d’un avion.

Plus précisément, il s’agit du paragraphe 14 §  91.105 (a)(1) du CFR (code of federal regulations), qui stipule : “…/…pendant le décollage et l’atterrissage, et durant le vol, chaque membre d’équipage doit être présent au poste pour lequel il est requis, à moins que son absence soit justifiée par l’accomplissement de tâches liées à l’exploitation de l’aéronef ou à des besoins physiologiques.” Et aussi “…/… chaque membre d’équipage doit garder sa ceinture de sécurité bouclée lorsqu’il se trouve à son poste.”

Il était évidemment impossible de réussir la cascade tout en respectant cette réglementation, et une demande de dérogation a été déposée par Luke Aikins.

Luke Aikins, concentré avant le début de la cascade qu’il va effectuer avec Andy Farrington, en direct devant les médias, le 24 avril dernier. Photo Chris Tedesco / Red Bull Content Pool

Problème n°1 : il ne l’a fait que quelques jours avant la cascade. Question : pourquoi avoir attendu si longtemps ? Était-ce un choix stratégique, celui de faire la demande tardivement en escomptant sur le fait que l’autorité n’aura pas le temps d’y répondre, ou était-ce un revirement de situation, celle où il ne comptait pas demander l’autorisation, mais où il a changé d’avis au dernier moment ?

Il est difficile de dire pourquoi le délai était aussi court, mais c’est comme pour le choix du diamètre du parachute frein : les pilotes/parachutistes ne pouvaient ignorer que c’était trop court.

Problème n°2 : La FAA a répondu rapidement à la demande de dérogation, dès le vendredi 22 avril, mais elle a répondu négativement. Étant donné le délai, la pression médiatique et économique, les organisateurs de Plane Swap se sont retrouvés dans une impasse. Et ils ont sauté par dessus la réglementation.

Peut-être que si la cascade s’était déroulée comme prévu, et sans cette image dérangeante d’un Cessna 182 disloqué en plein désert, la FAA n’aurait pas déclenché d’enquête. Mais ce n’est pas certain, car, depuis quelques mois, il y avait déjà une autre image dérangeante qui circulait beaucoup : celle de Trevor Jacob, surnommé le “pilote youtubeur” (il est aussi parachutiste), qui abandonne son avion en plein vol, et puis qui chute durant quelques secondes avant d’ouvrir son parachute. Tout a été soigneusement filmé, y compris la chute de l’avion et son impact dans une montagne. Trop beau pour être vrai : la FAA a accusé Trevor Jacob d’avoir prémédité son coup, qui serait en fait une mise en scène pour faire le buzz. Effectivement, la vidéo intitulée “I crashed my plane” a cumulé plus de deux millions de vues sur YouTube. Et la FAA a suspendu la licence de Trevor Jacob.

Avec la diffusion d’images similaires : celles d’avions abandonnés en plein vol et d’un crash au sol, et même s’il s’agissait pour Plane Swap d’une cascade officielle et longuement préparée, il y avait à craindre que la FAA applique aux protagonistes de Plane Swap une sanction similaire à celle infligée à Trevor Jacob.

Et c’est certainement ce qu’a craint Luke Aikins, qui a déclaré le 29 avril 2022 sur sa page Instagram : “J’ai reçu un avis par courriel le 22 avril 2022 de la FAA selon lequel une exemption spécifique n’a pas été accordée et j’ai pris la décision personnelle d’aller de l’avant avec Plane Swap. Je regrette de ne pas avoir partagé cette information avec mon équipe et ceux qui m’ont soutenu. En tant que chef de projet et pilote en chef, il m’incombait entièrement d’agir dans le cadre réglementaire pour assurer le succès de l’opération. Je me concentre maintenant sur la coopération et la transparence avec les autorités, alors que nous examinons la planification et l’exécution de Plane Swap. “

Tandis que certains y voyaient une sorte de confession, le sponsor Red Bull déclarait “Luke est un athlète courageux et hautement qualifié. C’est un ami de Red Bull depuis de nombreuses années. Il a été tout à fait franc et honnête quant à sa responsabilité dans cette affaire. Nous nous réjouissons de la poursuite de son amitié.”

La cascade était minutieusement préparée depuis des mois, et avec des moyens importants. On ne sait toujours pas pourquoi le contrôle de l’avion bleu a été perdu. Photo Keith Ladzinski / Red Bull Content Pool

En plus d’être cascadeur, pilote et parachutiste dans Plane Swap, Luke Aikins est le propriétaire et gérant de la société organisatrice de la cascade, tandis que Red Bull en est le sponsor. Peut-être flottait-il un espoir de reporter toute la responsabilité de l’infraction sur Luke Aikins, une sorte d’échappatoire pour Andy Farrington…

Mais c’est sur les deux pilotes/parachutistes que la sanction de la FAA est tombée, par ordonnance du 10 mai 2022. L’autorité indique que “ces actions étaient négligentes et imprudentes au point de mettre en danger la vie et les biens d’autrui”. Luke Aikins est cité pour avoir enfreint trois point de la règlementation FAA, dont celui qui exige que les pilotes soient présents à leur poste de membre d’équipage à tout moment.

En conséquence de quoi la FAA décide de prononcer la révocation des certificats de pilote de Luke Aikins et d’Andy Farrington. La FAA requiert également une amende de 4 932 dollars à l’encontre de Luke Aikins et elle a déclaré que Luke Aikins et Andy Farrington peuvent faire appel de ces sanctions.

24 avril 2022, Luke Aikins et Andy Farrington viennent de quitter leurs avions respectifs, laissés sans pilote à bord. Sur un plan parachutiste, la configuration est idéale, mais l’avion bleu va partir en tonneau sur le dos. Photo Keith Ladzinski / Red Bull Content Pool

 

À lire également, sur le même sujet :
PLANE SWAP : Demi-échec ou demi-succès?
“Dans les coulisses de PLANE SWAP”
“PLANE SWAP : Les dernières images de l’entraînement”

∗∗∗∗∗∗∗∗

Retour en haut de page

Boutique en ligne

Vente en ligne

Collection, anciens numéros, livres, accessoires, bijoux, etc.