Accueil » Infos » Record de France de freefly

Actus

Record

Record de France de freefly

Entraînement à Pamiers

Photo Ewan Cowie

Jamais deux sans trois !  Il y a d’abord eu le Covid en 2020… puis les records de pluie en juillet 2021… puis les soucis de disponibilité des avions en 2022 !  Les tentatives de record de France de Freefly tête en bas ont beau avoir été récemment reportées à 2023 (voir communiqué ci-dessous “Le report”), la détermination des organisateurs et l’enthousiasme des participants perdurent, voire se renforcent.

Par Johann, équipe Maverick Freefly

Pour rappel, l’objectif est fixé à 60, le record actuel à 48 n’ayant pas été battu depuis 2014. À la demande générale, l’entraînement prévu à Pamiers les 8, 9 et 10 avril par l’association Avignon Parachutisme SC420 (organisatrice également des records tête en haut et séquentiel tête en bas en octobre 2021 Cahors) a été maintenu.

En big way, il s’agit de ne pas perdre la main, surtout l’année du record du monde tête en bas à 200 cet été à Skydive Chicago : le travail individuel peut paraître simple, mais la synchronisation et la coordination du groupe sont clef.

Photo Vibronaut – Guillaume Bigeard

Une quarantaine de freeflyers se sont donc retrouvés aux pieds des Pyrénées, accueillis par Skydive Pamiers, dont la logistique et les pilotes ont permis des sauts à 3 avions et à 4,500m.

Photo Vibronaut – Guillaume Bigeard

Répartis en plusieurs groupes de niveau, les sautants, encadrés par Virginie Bouette, Cathy Bouette, Karine Joly, Stéphane Fardel et Pierre Renié, ont pu réaliser une dizaine de sauts, la météo capricieuse du samedi ne permettant pas le largage à plusieurs avions.

Alors oui, 2023, et alors ? La préparation n’en sera que meilleure !

Photo Vibronaut – Guillaume Bigeard

∗∗∗∗∗∗∗∗

Le report à 2023

Le 21 mars dernier, les organisateurs annonçaient sur leur page officielle www.facebook.com/freeflyfrance que le record, initialement prévu du 24 au 28 mai 2022 est reporté en 2023. Des difficultés entre les avionneurs ont poussé le centre qui devait accueillir l’évènement à se désister.

Voici un extrait du communiqué publié sur la page officielle :

“À deux mois de la date initialement prévue, nous avons trouvé une autre DZ prête à accueillir l’évènement, mais nous ne trouvons tout simplement pas le nombre d’avions nécessaires à la réalisation de notre record. Reprogrammer un événement d’une telle ampleur en quelques mois est tout simplement impossible, quand on sait que non seulement il faut trouver des avions, mais aussi aligner les calendriers de chacun : organisateurs, coachs, participants…

Après le covid, on pensait que décidément on avait tout vu en matière de bâton dans les roues. Puis vint notre glorieuse semaine de pluie en juillet 2021. Maintenant la guerre en Ukraine qui fait flamber les coûts du fuel. Et enfin ce conflit d’avionneurs qui rend impossible la tenue du record.

Évidemment, le découragement se fait sentir et l’abandon est tentant.

Mais les plus beaux succès sont ceux qui viennent après les plus grosses difficultés, et nous n’abandonnerons pas.

Ces quatre dernières années, nous avons constaté l’évolution constante et impressionnante du niveau français en vertical et en big way. Nous avons passé beaucoup de bons moments ensemble, construit un groupe soudé, progressé ensemble, affronté les obstacles ensemble. Alors on ne regrette pas toutes ces heures de travail, on se dit que la vie est courte et que la remplir de gens et de défis extraordinaires, ça vaut le coup, même quand c’est difficile, et on se remet au travail pour préparer un record en 2023.”

Photo Ewan Cowie

Boutique en ligne

Vente en ligne

Collection, anciens numéros, livres, accessoires, bijoux, etc.